Prise de position, Ricardo Lumengo

J’ai décidé d’adhérer au Mouvement Socio-Libéral notamment pour les raisons suivantes:

Le MSL apporte un autre style dans la manière de faire de la politique. C’est celui de se démarquer clairement du clivage politique gauche-droite et de se concentrer sur des solutions raisonnables et pragmatiques répondant clairement aux préoccupations des citoyennes et citoyens.

Compte tenu de mes convictions profondes portées notamment sur la défense des droits des personnes défavorisées et pour la justice sociale, le MSL m’offre une plate-forme très large pour réaliser ces engagements, car il ne s’agit pas d’opposer une solution de gauche à celle de la droite, mais plutôt de se servir des atouts provenant d’une idéologie comme de l’autre plutôt que d’en être l’esclave.
La composante sociale du MSL signifie qu’il convient de protéger et de soutenir l’individu contre les injustices, les inégalités et les discriminations. Mais cela veut dire aussi qu’il faut restituer à chaque citoyen et citoyenne sa dignité et son respect en tant que membre de la société. Notre pays est riche et connait un essor et une croissance économique, mais des injustices et inégalités existent encore, contre lesquels il faut s’engager.

Comme mouvement libéral, le MSL entend permettre l’épanouissement de chaque personne dans tous les domaines de la vie et dans la société. La créativité ou l’innovation doit être encouragée. L’économie doit être au service de l’homme et pas le contraire. La société a besoin d’une économie forte et stable, mais elle doit être régulée chaque fois que cela est nécessaire pour combattre les abus et les inégalités de l’économie de marché, afin que celle-ci devienne plus sociale.

En qualité de mouvement indépendant il s’agit de veiller à l’indépendance et à l’autonomie dans tous les domaines . Cela concerne notamment l’Etat et les partis politiques. . Les partis et les hommes politiques ne doivent pas dépendre des Lobbies ou des grandes sociétés commerciales. Cependant un Etat suisse indépendant ne signifie pas un « Alleingang », ni une fermeture vis-à-vis de l’étranger, la Suisse renforce au contraire son influence au niveau international en faisant partie des organisations internationales sous réserve de sa neutralité.

Ricardo Lumengo
Berne, le 16.06.2011